Sie möchten das Projekt
Expressis-Verbis unterstützen?
Hier können Sie uns helfen!
Expressis-Verbis presentéiert
Eng nei Videoserie
mam Thierry Simonelli
An interview with Vera Sharav, survivor of the Holocaust

1200 ignorants ne peuvent être ignorés

Le 1ᵉʳ octobre, j’ai participé pour la première fois à une « Marche blanche » pacifique.

Le cortège s’est mis en marche depuis la Place de l’Europe devant la Philharmonie, a passé le « Pont Rouge » pour se rendre au centre de Luxembourg, où des bougies ont été déposées devant l’entrée de la Cité Judicaire ainsi que devant le Palais Grand-Ducal et sur la Place d’Armes.

Ce jour-là, suite à la tentative sans succès et un brin pénible d’une station de radio locale de présenter un chiffre extrêmement bas de participants à la « Marche blanche » du 10 septembre, un participant s’est mis à compter les marcheurs. Comme nous le savons, le titre de l’information en question a dû être redressé en réponse aux protestations véhémentes contre cette tentative de minimisation.

Revenons au 1er octobre :

Après avoir compté 1200 participants, le « compteur », à son poste au bout du Pont Rouge (côté Kirchberg), a dû en rester au nombre total de 1200 participants comptés, car à l’autre bout (côté Glacis), d’autres groupes se sont joints à la marche. Du jamais-vu au Luxembourg ! L’encadrement du cortège était assuré par la police grand-ducale bien organisée qui régulait entre autres la circulation. Des représentants de la presse étaient également présents.

Dans un climat détendu, plus de 1200 personnes ont ainsi défilé paisiblement dans la ville haute de Luxembourg. Elles ont pris la décision de renoncer aux divertissements des vendredis soirs typiques de notre société et de se mobiliser pour défendre les valeurs qui leur tiennent à cœur. Enfants, parents, grands-parents, médecins, artistes, enseignants, entrepreneurs, soignants, tous unis par leurs revendications de liberté, de démocratie, d’autodétermination et d’intégrité physique, ainsi que par le strict rejet de la manipulation et de la discrimination qui divisent de plus en plus notre société.

Le sentiment de communauté, de cohésion et de sérénité était si puissant que j’ai enfin pris la décision d’écrire cet article attendu depuis longtemps. Depuis des mois, des millions de personnes dans le monde entier descendent dans la rue pour protester contre ce qui nous est actuellement imposé par la politique et l’industrie pharmaceutique. En outre, il convient de mentionner les milliers de médecins, de soignants, de mathématiciens, d’avocats, qui pointent inlassablement les irrégularités flagrantes et les conflits d’intérêts abominables d’une « réalité » qui nous est suggérée.

Ils se situent au moins au même niveau de compétences que les conseillers des membres de notre gouvernement et supérieurs en nombre depuis longtemps, mais n’agissent pas du côté stratégiquement influent. Du reste, permettez-moi de faire brièvement référence à une publication récente de Paul Hammelmann : ils ne tirent pas leurs connaissances d’internet, mais de leurs études, de leur bibliothèque et de leur expertise. Là où c’est possible (c’est-à-dire là où il n’y a pas de censure), ces personnes instruites partagent leur savoir avec tous ceux qui savent également lire et calculer. Par leur courage pour l’intégrité et la transparence, ils risquent leur carrière professionnelle, leur existence financière et leur environnement social.

Tout cela nous est systématiquement caché.

Seuls les photos, les vidéos et les rapports des participants eux-mêmes, sont les témoins de cette énorme solidarité humaine qui nous unit malgré toutes les règles de séparation et d’isolement. Tout au plus, les informations portent nécessairement sur quelques centaines de manifestants catégorisés immédiatement (à tort !) comme des tenants de la politique de droite, des fous, des sots, des conspirationnistes ou tout simplement des _ignorants_, terme utilisé par un membre de Facebook dans sa réplique à ma publication sur la Marche silencieuse :

Le jeu de mots dans cette réplique m’a inspirée pour le titre de cet article. D’ailleurs, c’est mon mari qui me l’a fait remarquer — de manière pleinement inattendue — ce qui m’a profondément touchée, puisque, d’habitude, il reste discret sur tout.

Une pétition

Il est intéressant de noter que l’« attaquant » est également à l’origine d’une pétition plutôt infructueuse clamant la vaccination obligatoire. L’année dernière, une demande similaire (pétition 1904) s’est soldée par un échec tout aussi cuisant.

L’aspect positif de cette nouvelle demande est qu’elle a donné un sacré coup de fouet à la pétition 1950 contre la vaccination obligatoire et qui a déjà connu un succès inouï. Nous savons que, statistiquement parlant, les premiers jours d’une pétition sont décisifs. Deux jours seulement après avoir été lancée, la pétition 1950 avait déjà atteint le minimum de 4500 signatures. Grâce à la nouvelle pétition, elle atteindra peut-être un score à cinq chiffres. Laissez la page de toutes les pétitions agir sur vous et vous verrez d’un seul coup d’œil l’énorme message des citoyens préoccupés adressé aux politiciens !

Voici d’ailleurs un jeu arithmétique qui n’est pas à prendre entièrement au sérieux :

Aujourd’hui (3.10.2021), la pétition 1950 compte plus de 9 532 signatures et la pétition 2013 en compte 442. Ce sont donc au total 9 974 signatures. 95,57 % des citoyens seraient donc contre la vaccination obligatoire et 4,43 % en faveur. Bien sûr que ce calcul est absurde ! Mais, c’est précisément de cette façon-là que le taux de couverture vaccinale de 95 % de Pfizer a été calculé et présenté. On a ignoré tout simplement de manière effrontée la majorité de la population qui n’est pas tombée malade. Par conséquent, celui qui a des doutes concernant les 95 % devrait se méfier également du taux de couverture vaccinale de 95 % !

Correctement calculé :

Au Luxembourg, nous comptons actuellement environ 635 000 habitants. Ainsi, calculé sur le nombre d’habitants, 1,5 % ont voté contre la vaccination obligatoire et 0,06 % ont voté pour. Les autres n’ont tout simplement pas voté. C’est toujours significatif, mais beaucoup moins sensationnel !

Par ailleurs, je sais que certaines personnes vaccinées de mon cercle privé de connaissances ont signé cette pétition contre l’obligation vaccinale. Je sais également – comme vous le savez certainement aussi — que les raisons qu’ils invoquent pour justifier leur décision sont très diverses.

Il va sans dire que beaucoup ont cru faire quelque chose de bien pour eux-mêmes et pour leur entourage. Voici que certains, pour autant qu’ils sont honnêtes, expriment déjà leur déception. Ils réalisent peu à peu que l’injection ne les protège pas d’une maladie légère, grave ou mortelle, et ne les rend pas infectieux.

La célèbre phrase du chancelier autrichien Sebastian Kurz : « Bald wird jeder jemanden kennen, der an Corona gestorben ist » (« Bientôt, chacun connaîtra quelqu’un qui est mort du coronavirus »), pourrait bientôt être reformulée comme suit : « Bientôt, chacun connaîtra quelqu’un qui est tombé malade ou qui est décédé de la vaccination. » Un regard courageux sur Israël ou Malte pourrait nous faire craindre le pire pour le Luxembourg. De mon humble perspective, cela est déjà d’actualité. Cependant, ma « sélection » n’est pas représentative, car je connais beaucoup de médecins qui me parlent de leurs expériences et puis, les personnes en bonne santé ne vont pas chez le médecin.

Ensuite, bien sûr, il y a ceux qui se sont fait vacciner pour être enfin tranquilles, dans l’espoir de retrouver leur liberté, de pouvoir partir en vacances, de s’adonner de nouveau à leur programme de divertissement quotidien …… En d’autres termes, il faut à tout prix rechercher la vie du passé, que ce soit souhaitable ou non. À titre d’exemple, je me permets de citer une de mes connaissances qui m’a récemment écrit : « Je n’ai aucune opinion sur le sujet, sauf que la vaccination me rend ma liberté. » Est-ce vraiment le cas ? Est-ce qu’une 3ᵉ, 4ᵉ ou énième injection le feront changer d’avis ?

De plus, cette personne m’a dit : « Je t’en prie, redeviens celle que tu étais avant. » À cela, je ne peux que répondre : « Ceux qui ne bougent pas, ne remarquent pas leurs chaînes ». (Cette citation est attribuée à Rosa Luxemburg, mais la lecture de ses écrits ne permet pas de le prouver).

Je ne suis pas l’oiseau qui ne s’envole pas quand on ouvre la porte de sa cage. Au reste, je vais secouer vigoureusement la porte de la cage, me servant de tous les moyens dont je dispose.

Quoi qu’il en soit, nombreux sont ceux qui se réveillent, vaccinés et non vaccinés confondus. Ce qui les unit aujourd’hui, c’est le NON à la discrimination et à la privation de liberté. Le NON ! Impérativement.

Le succès de la « Marche blanche » du 1ᵉʳ octobre 2021, tout comme la pétition 1950, ainsi que les innombrables photos, vidéos et rapports d’actions de protestation similaires qui nous parviennent du monde entier, dont je ne peux que citer quelques-uns ci-dessous, sont très significatifs.

Vous n’êtes pas seuls !

Nous devrions être divisés, mais nous nous sommes unis. Nous sommes censés rester ignorants, mais nous avons appris beaucoup. Nous devons obéir, mais nous préférons la liberté. Nous devons avoir peur, mais nous devenons toujours plus courageux. Nous sommes censés nous soumettre, mais nous résistons.

Nous ne sommes pas seuls et vous non plus, vous ne devez pas (plus) l’être!

1200 ignorants et près de 10 000 pétitionnaires, tous électeurs d’ailleurs, sont plus que 60 représentants du peuple.

Nathalie Meier

Merci à Claude Strotz pour l’image principale de cet article.

Voici quelques belles actions pour vous inspirer et vous soutenir :

La « Marche blanche » du 1ᵉʳ octobre, merci à Mim Freiheit de nous avoir permis d’utiliser son matériel vidéo :

Mme Sarah Wagenknecht parle de la situation actuelle.
Une lettre de médecins canadiens à l’attention des non-vaccinés
Manifestations à Vienne
Manifestations à Paris