Appuyer sur "Entrée" pour passer au contenu

L’œuf, Corona et quelques nouvelles sur les vaccinations

Print

Auteur invité : Prof. Dr. Dr. Harald Walach Psychologue clinicien, philosophe et historien des sciences, le professeur Harald Walach est professeur à l'université de médecine de Poznan, en Pologne, et professeur invité à l'université de Witten-Herdecke (fondements philosophiques de la psychologie). Il est également le fondateur et le directeur du "Change Health Science Institute". Prof. Harald Walach Professeur invité Université de Witten-Herdecke Département de psychologie harald.walach@uni-wh.de https://harald-walach.de

Il y a un an, un article remarquable est paru dans le British Medical Journal [1]. J’en ai parlé plus en détail dans ma chronique de la Pneumonologie du Karger Kompass. Des chercheurs de la Harvard School of Public Health ont réhabilité les œufs en tant qu’aliment après plus de 50 ans de recherche. Non : les œufs ne sont pas responsables des crises cardiaques. Non : les œufs n’augmentent pas le taux de cholestérol dans le sang, même s’ils en contiennent eux-mêmes beaucoup. Pourquoi ? Car, comme nous le savons depuis longtemps, l’organisme maintient le cholestérol dans des limites étroites et le cholestérol alimentaire n’est pas impliqué dans l’augmentation du cholestérol sanguin. Maintenant, nous savons enfin avec certitude scientifique ce que nous avons toujours su en fait. Après 33 grandes études de cohorte, 5 millions d’années-personnes sur plus de 200 000 personnes, la plus longue étude en cours depuis 1976, nous en sommes certains. Le lien entre la consommation d’œufs et les crises cardiaques est nul.

Ancel Keys avait avancé l’hypothèse du cholestérol et de l’infarctus dans les années 1950 et l’avait promue de manière agressive, notamment en utilisant des données fausses, ou plus exactement des données sélectives. La relation entre la consommation de graisses et les maladies coronariennes a été mesurée dans 22 pays. L’association existait à peine. Mais Keys a intelligemment sélectionné 6 pays qui pouvaient être utilisés pour montrer une corrélation parfaite et a prétendu que le lien était ainsi prouvé [2]. Quelques années plus tard, deux statisticiens ont montré l’ensemble des données et ont souligné que la déclaration de Keys était due à une erreur typique, la sélection sélective des données [3]. 

Seulement, à ce moment-là, personne ne faisait attention. Parce que la thèse de la grosse coronaropathie était en passe de devenir l’opinion dominante. L’industrie sucrière a contribué à la réalisation de ce projet en chargeant d’autres chercheurs de passer en revue la littérature, non sans faire allusion à ce qu’il valait mieux en retirer si l’on continuait à verser de l’argent. J’ai longuement écrit à ce sujet. Il s’agissait donc d’une erreur scientifique colossale, provoquée par les facteurs suivants :

  1. Certains matadors scientifiques dotés d’un très gros ego et de très mauvaises données se sont affirmés de manière agressive.
  2. Une industrie – dans ce cas, l’industrie sucrière – a senti que cela pourrait lui être très utile et a pris le train en marche, l’accélérant ainsi.
  3. Enfin, la politique a été travaillée par un lobbying habile. Des auditions, des panels et finalement des groupes de travail parlementaires ont concrétisé la réglementation, de sorte qu’aujourd’hui nos bouteilles d’eau minérale doivent porter la mention : « contient 0 % de matières grasses ».
  4. Tout cela a été fait sur la base de données extrêmement médiocres, d’un peu de cosmétique scientifique et de beaucoup de capital d’investissement narcissique.
  5. Il est devenu extrêmement difficile de se débarrasser de ces absurdités. Il n’est pas difficile d’installer de fausses opinions. Vous avez juste besoin d’assez de chutzpah pour le faire. Mais il est extrêmement difficile de s’en débarrasser. Vous avez besoin de très bonnes données pour le faire. Dans le cas de la glace, cela a pris 50 ans et consommé une somme à trois chiffres estimée pour la recherche.

Je pense que nous découvrirons – pas avant 50 ans, espérons-le – que nous avons affaire à une concoction similaire avec la crise de Corona. Chaque mythe a une base dans la réalité – l’œuf contient beaucoup de cholestérol, ce n’était pas un mensonge, et dans un petit groupe de personnes qui ont une prédisposition génétique familiale, beaucoup de cholestérol dans l’alimentation conduit également à des niveaux élevés dans le sang. 

C’est également le cas ici : le virus SARS-CoV2 est également présent et, chez certaines personnes qui y sont immunologiquement sensibles, il entraîne également une maladie grave et, dans certains cas, la mort. Mais ce n’est certainement pas le cas pour tout le monde, et les chiffres, comme je l’ai souligné à plusieurs reprises, ne sont pas plus alarmants qu’une épidémie de grippe sévère. La méta-analyse de John Ioannidis estime le taux de mortalité par infection (IFR) dans tous les pays à 0,15 % ou 1,5 pour mille [4]. La grippe atteint 0,015 % selon le CDC et l’examen historique de Doshi aboutit à 0,01 % [5].

Thornley et ses collègues soulignent que le véritable IFR dans le cas du Covid-19 est très probablement surestimé d’au moins un ordre de grandeur par rapport à la grippe : par une définition des cas moins bonne, un comptage des décès plus élevé et une sous-estimation des taux d’infection. A partir de là, je pense qu’il est tout à fait justifié de comparer les deux en termes d’IFR. Il y a manifestement des différences : ce sont surtout les personnes âgées qui meurent du Covid-19 et la charge sur le système de santé est plus élevée en raison de la ventilation artificielle.

Pourquoi tout cela ? En raison d’un nouveau mythe dans le style du mythe de l’œuf, à savoir celui du danger potentiel des PCR-positifs asymptomatiques. Je dirai quelques mots à ce sujet dans un instant.

Ces deux faits apparents, l’IFR apparemment 10 fois plus élevé du Covid-19 par rapport à la grippe et la dangerosité du positif asymptomatique, jouent dans le cas du Covid-19 le même rôle que la sélection des données d’Ancel Key : pas tout à fait faux, mais pas tout à fait juste non plus. C’est grâce à cette perception sélective que le train a commencé à rouler. Elle a été accélérée par la percée potentielle de la technologie de l’ARN des vaccins. Et maintenant ça tourne. La question est de savoir combien de temps il roule et combien de personnes il roule. J’espère que le bon sens finira par l’arrêter.

Le mythe de la contagion asymptomatique

La testérite est due à la crainte que les personnes séropositives pour le SARS-CoV2 puissent passer inaperçues et transmettre ensuite la maladie à d’autres personnes sans le savoir ou le vouloir. Jusqu’à présent, la règle en virologie, si je comprends bien : Seuls les patients symptomatiques peuvent transmettre les infections. Cela semble maintenant être mis à mal ici pour la première fois. La base de données à ce sujet est faible. Une méta-analyse précoce [6] a trouvé des anomalies dans les tomographies pulmonaires dans plus de la moitié des cas asymptomatiques. Ce qui n’a apparemment pas surpris les auteurs, mais qui me surprend, c’est que cette constatation n’a été rapportée que dans trois des sept études. Le résultat n’était donc en aucun cas universel et pouvait donc être dû à certaines spécificités. 

Les premières études de traçage, telles que la première grappe du Japon [7], ont conclu que les personnes asymptomatiques ne sont guère infectieuses. Ils ont supposé que la transmission se fait de la même manière pour les personnes symptomatiques – il est très important de le comprendre – et ont calculé un facteur de 0,28 sur cette base, soit environ un quart du risque d’infection. D’autres le calculent également de cette manière. Mais cette prémisse est-elle correcte ? Dans la méta-analyse de Yanes-Lane [8], la base de données est également étroite : cinq des sept études portant sur 18 des 96 sujets, soit 19 %, ont documenté la transmission d’une infection chez des patients asymptomatiques. 

La seule étude dont la qualité a été jugée élevée n’a montré aucune transmission de l’infection par des personnes asymptomatiques. 

Toutes les études qui ont trouvé un tel passage asymptomatique ont rapporté un taux d’infection de 100 %. Ils venaient tous de Chine. Les deux études qui n’ont pas trouvé de transmission sont celles de la Corée et de Taïwan ; j’avais déjà cité plusieurs fois cette étude [9], car elle incluait tous les contacts proches. Entre-temps, je suis tombé sur une nouvelle étude qui n’est pas incluse dans la méta-analyse [10]. Elle provient de Wuhan et indique qu’aucune transmission de l’infection par des personnes asymptomatiques n’a été constatée. Alors, qu’avons-nous pour étayer l’histoire du danger que représente le fait que des personnes asymptomatiques soient certifiées comme ayant la maladie de Covid-19 avec un test PCR très sensible, même si elles ne présentent ou ne développent aucun symptôme ? Nous avons une poignée de petites études, toutes en provenance de Chine. Les meilleures études sur le plan méthodologique, et curieusement celles qui ne proviennent pas de Chine, ne montrent pas ce passage asymptomatique. Se pourrait-il qu’il y ait des différences génétiques ?

Une étude antérieure a été réalisée à Singapour [11]. Là, toutes les personnes PCR-positives trouvées dans un cluster et leurs contacts ont été mis en quarantaine, soit un total de 628 personnes et leurs 3790 contacts. 89, soit 2 % d’entre eux ont développé Covid-19, plus précisément, ont été testés positifs. Et la moitié d’entre eux, 50, étaient des contacts de personnes asymptomatiques. Le nombre n’est donc pas important, et nous parlons de tests PCR-positifs. Ainsi, un très petit nombre, environ 1 %, des contacts des personnes dont le test PCR est positif mais qui sont asymptomatiques, seront également positifs après un certain temps. 

Ça ne veut pas dire qu’ils sont malades, ça veut juste dire qu’ils ont été testés positifs. Et selon toute la littérature publiée ultérieurement que j’ai citée plus haut, ces personnes sont rarement des porteurs actifs de la maladie. Ils existent probablement, pour une très petite fraction. Mais cette fraction est-elle pertinente ? Peut-on en déduire des mesures aussi massives que des fermetures de toutes sortes d’établissements, des contraintes masquées sur les enfants, etc. En fait, seulement si vous adhérez au double récit du virus tueur et de l’illusion que vous pouvez maintenir une société sans virus. Vous pouvez. A savoir, si vous effacez tout ce qui constitue l’essence d’une société.

En tout cas, cette partie de l’histoire repose sur des bases très faibles. Mais c’est précisément l’argument en faveur de la rage du test.

Les tests rapides

C’est là que les tests rapides pratiques entrent en jeu. C’est une invention vraiment géniale, semble-t-il. Ici, chaque enfant est nommé chef de laboratoire. Parce que n’importe qui peut faire des tests aussi rapides. J’en ai déjà fait un, j’ai dû en faire un, lorsque j’ai assisté à une conférence où il était interdit d’entrer sans ce document. Vous enfoncez un bâtonnet dans vos narines, aussi loin que possible sans pénétrer dans le cerveau, vous le frottez et mettez le bâtonnet dans une solution réactive. Elle contient des anticorps liés à des nanoparticules d’or, qui indiquent ensuite par une réaction sur une bande si l’on a des IgA positives, c’est-à-dire des anticorps muqueux contre le SARS-CoV2 et donc une réaction immunitaire aiguë contre ce virus. Ça a l’air bien et plausible. Et parce qu’ils sont si rapides, chaque pub, coiffeur et supermarché peut maintenant les réclamer.

Le Bundestag a aimablement demandé au professeur Bergholz de présenter une analyse des risques. On peut la trouver sur Internet [12], mais pas encore en tant que document du Bundestag, ce qui prendra probablement un certain temps. Je me suis renseigné sur les détails et les procédures auprès de l’auteur lui-même. Le rapport arrive à une conclusion dévastatrice : les tiges sont vaporisées avec de l’oxyde d’éthylène, qui est classé comme cancérigène. Il est utilisé pour la désinfection et continue à s’évaporer pendant longtemps. Bergholz cite d’autres données, selon lesquelles environ 149 microgrammes par gramme de bâtonnet continuent de s’évaporer de ces bâtonnets pendant une longue période. Cela n’est pas sans importance, car nous introduisons ces tiges profondément dans le nez et donc très près du cerveau, sans compter que l’évaporation se produit également avant. Pourquoi utilisons-nous cette substance parmi toutes les autres, ai-je demandé à M. Bergholz ? Parce que c’est bon marché. Les méthodes moins dangereuses, comme l’irradiation aux rayons X, ou peut-être aux UV, sont évidemment plus coûteuses. Et maintenant, nous nous exposons et, surtout, nous exposons nos enfants à cette substance, dont on sait qu’elle est cancérigène et qui est signalée comme telle dans les directives officielles, afin d’écarter un vague danger, à savoir l’infectivité potentielle des tests positifs asymptomatiques ?

Je n’ai pas encore dit un mot sur les nanoparticules d’or et les autres substances contenues dans les réactifs, qui finiront par se retrouver dans les ordures ménagères si le hamster ou les enfants ne les avalent pas avant. Ils sont légèrement toxiques, après tout, et devraient vraiment être classés comme matières dangereuses… mais n’allons pas jusque là, lisez vous-même. Il vaut la peine d’être lu, mais ne convient pas comme lecture de chevet.

Une fois de plus : les vaccins

À un moment donné, oui, il a été dit que la vaccination mettrait fin à la pandémie. Plusieurs lecteurs m’ont écrit en réponse à mon blog, dans lequel je discutais des coûts et des avantages des vaccins. J’ai ensuite analysé à nouveau les données avec deux collègues, Rainer Klement et Wouter Aukema, et je me suis fait aider pour les calculs afin qu’aucune erreur ne se glisse. Wouter Aukema est un spécialiste de l’analyse des données et a découvert que c’est en Hollande que les mœurs en matière de reportage sont les plus prudentes en Europe. On y signale plus de cinq fois plus d’effets secondaires que la moyenne de l’UE. L’Allemagne ne signale qu’un tiers des effets secondaires de la moyenne européenne. En supposant que les vaccinations soient aussi bonnes ou mauvaises dans tous les pays européens et qu’elles produisent partout le même nombre d’effets secondaires, cela signifie que les autorités et les médecins allemands ont un mauvais système de déclaration. Wouter Aukema a découvert que l’autorité néerlandaise gère également la base de données des effets indésirables des vaccins Covid-19 de l’EMA. Et les cas graves qui y sont signalés sont tous vérifiés à nouveau par des médecins pour déterminer la causalité et la corrélation.

Nous avons utilisé ces données pour un nouvel article en cours d’examen par les pairs dans une revue qui ne voulait pas mettre l’article sur son serveur de préimpression avant la fin de l’examen par les pairs. Donc ça va prendre encore un peu de temps. Mais je veux faire un bref rapport ici :

Nous constatons actuellement 4,11 décès pour 100 000 causés par les vaccins. Les vaccins nous permettent de sauver entre 6 et 33 vies au maximum. Nous produisons également 700 effets secondaires, dont 16 graves, pour 100 000 vaccinations. Si nous avions affaire à la peste ou à Ebola, ce serait compréhensible. Mais avec cet agent pathogène ? Il n’y a pas un seul autre vaccin sur la vaste terre de Dieu dont le rapport risque-bénéfice soit aussi mauvais. Cela reflète les données américaines, d’ailleurs. Ils constatent 3,4 décès pour 100 000 vaccinations [13]. Il convient de rappeler que ces bases de données souffrent notoirement d’une mauvaise éthique en matière de rapports. Des études empiriques ont montré que le taux de sous-déclaration des effets indésirables des médicaments pouvait atteindre 95 % [14, 15].

Les effets secondaires les plus dangereux sont les accidents thrombotiques. Cela provoque des caillots sanguins qui obstruent les vaisseaux et, dans le pire des cas, peuvent entraîner des accidents vasculaires cérébraux, des embolies ou des crises cardiaques. Pour ceux qui veulent se documenter sur le sujet et connaissent l’anglais, il y a de bonnes explications sur le blog du cardiologue anglais Malcolm Kendrick. En un mot : Les parois internes des vaisseaux sanguins, l’épithélium des vaisseaux, possèdent également un nombre relativement important de récepteurs ACE2. Cela n’est pas surprenant, car l’enzyme de conversion de l’angiotensine (ECA) est importante pour la régulation de la pression artérielle, qui est également régulée par la tension des vaisseaux.

Il a également été récemment démontré que le Covid-19 est en fait une maladie vasculaire car le virus affecte les récepteurs ACE2 dans les vaisseaux [16]. Des chercheurs d’Ulm ont découvert la raison de ce problème, en particulier avec tous les vaccins vectoriels, par exemple ceux d’AstraZeneca : ces derniers produisent des mimiques solubles de l’épi, c’est-à-dire des mimiques des protéines de l’épi que le virus utilise pour se fixer sur les récepteurs ACE2 [17]. Cela explique pourquoi les événements thrombotiques deviennent soudainement un problème, du moins avec les vaccins vectoriels : Les mimétismes d’épi solubles qui circulent ici et là au niveau des récepteurs ACE2, tout comme le font les vraies protéines d’épi du virus, y déclenchent une réaction auto-immune car le système immunitaire attaque maintenant ces cellules, et voilà, le processus inflammatoire qui conduit à un caillot sanguin thrombotique. Sauf que ce n’était pas le virus, mais le vaccin. Les auteurs soulignent que ce n’est probablement pas le cas pour les vaccins à ARNm. Mais qui sait ce qui se passera si ces nanoparticules contenant l’ARN de la protéine spike ne restent pas seulement dans le cytosol de la cellule comme prévu, mais pénètrent aussi dans la circulation sanguine ?

Un collègue qui travaille dans une prestigieuse université étrangère m’a dit qu’il souhaitait charger un laboratoire d’effectuer une étude de génétique moléculaire des ingrédients des vaccins à ARNm. Il était prêt à payer pour ça. Aucun laboratoire n’a voulu accepter la commande. Maintenant, il cherche en Allemagne. Pourquoi ? Les premières enquêtes ont montré que les vaccins sont tout sauf propres. Il a été constaté que le vaccin à vecteur d’Oxford contient de grandes quantités d’impuretés, principalement des protéines humaines et autres [18]. Parmi elles, on trouve de nombreuses protéines dites de choc thermique. Il s’agit de protéines que les cellules produisent lorsqu’elles sont soumises à un stress et qui déclenchent ensuite des cascades de réponses protectrices. Cela pourrait expliquer le problème des réactions auto-immunologiques fréquentes avec ces vaccins.

Parfois, on me demande si je me ferais vacciner ou si je suis déjà vacciné (oui, je suis vacciné : contre le tétanos, la fièvre jaune et quelques autres choses). Ensuite, en ce qui concerne Covid-19, j’ai l’habitude de dire, je ne suis pas fou après tout. Parce que j’ai effectivement le sentiment que ce qui se passe ici est une folie collective. Ils ont réussi à vendre le vaccin le plus mal testé de tous les temps, qui présente en outre le pire profil risques-avantages de tous les vaccins – il ne s’agit pas d’affirmations, s’il vous plaît, mais nous avons généré les données à ce sujet et nous espérons qu’elles seront bientôt publiées – comme s’il s’agissait du sauveur en seringue qui sauvera l’humanité de tous les maux. Et les gens battent les centres de vaccination à plate couture.

Il y avait Ancel Keys avec son étude de 6 comtés qui aurait dû être une étude de 22 comtés et ses petites retouches ; un novice en matière de soupe de données. Ici, nous avons affaire à une injection massive de silicone. Et lorsque vous utilisez du silicone pour augmenter les lèvres ou les seins, cela n’a l’air agréable que pour certains, et devient souvent un problème par la suite.

Sources et littérature

  1. Drouin-Chartier J-P, Chen S, Li Y, Schwab AL, Stampfer MJ, Sacks FM, et al. Egg consumption and risk of cardiovascular disease: three large prospective US cohort studies, systematic review, and updated meta-analysis. BMJ. 2020;368:m513. doi: https://doi.org/10.1136/bmj.m513.
  2. Keys A. Atherosclerosis: A problem in newer public health. Journal of Mount Sinai Hospital. 1953;20:118-39.
  3. Yerushalmy J, Hillboe HE. Fat in the diet and mortality from heart disease. A methodologic note. New York State Journal of Medicine. 1957;57:2343-54.
  4. Ioannidis JPA. Reconciling estimates of global spread and infection fatality rates of COVID-19: an overview of systematic evaluations. European Journal of Clinical Investigation. 2021, in print:e13554. doi:https://doi.org/10.1111/eci.13554.
  5. Doshi P. Trends in recorded influenza mortality: United States, 1900-2004. American journal of public health. 2008;98(5):939-45. Epub 04/01. doi: https://doi.org/10.2105/AJPH.2007.119933. PubMed PMID: 18381993.
  6. Kronbichler A, Kresse D, Yoon S, Lee KH, Effenberger M, Shin JI. Asymptomatic patients as a source of COVID-19 infections: a systematic review and meta-analysis. International Journal of Infectious Diseases. 2020;98:180-6.
  7. Nakajo K, Nishiura H. Transmissibility of asymptomatic COVID-19: Data from Japanese clusters. International Journal of Infectious Diseases. 2021;105:236-8. Epub 02/19. doi: https://doi.org/10.1016/j.ijid.2021.02.065. PubMed PMID: 33618004.
  8. Yanes-Lane M, Winters N, Fregonese F, Bastos M, Perlman-Arrow S, Campbell JR, et al. Proportion of asymptomatic infection among COVID-19 positive persons and their transmission potential: A systematic review and meta-analysis. PLOS ONE. 2020;15(11):e0241536. doi: https://doi.org/10.1371/journal.pone.0241536.
  9. Cheng H-Y, Jian S-W, Liu D-P, Ng T-C, Huang W-T, Lin H-H, et al. Contact Tracing Assessment of COVID-19 Transmission Dynamics in Taiwan and Risk at Different Exposure Periods Before and After Symptom Onset. JAMA Internal Medicine. 2020. doi: https://doi.org/10.1001/jamainternmed.2020.2020.
  10. Chen F, Fu D, Yang Q, Geng Z, Xia J, Wang Z, et al. Low transmission risk of 9 asymptomatic carriers tested positive for both SARS-CoV-2 nucleic acid and serum IgG. Journal of Infection. 2020;81(3):452-82. doi:https://doi.org/10.1016/j.jinf.2020.06.034.
  11. Sayampanathan AA, Heng CS, Pin PH, Pang J, Leong TY, Lee VJ. Infectivity of asymptomatic versus symptomatic COVID-19. Lancet. 2021;397(10269):93-4. Epub 12/18. doi: https://doi.org/10.1016/S0140-6736(20)32651-9. PubMed PMID: 33347812.
  12. Bergholz W. Gefährungsanalyse: Durchführung von Covid-19-Schnelltests durch Laien. Berlin: Deutscher Bundestag, 2021.
  13. Rose J. A report on the U.S. vaccine adverse events reporting system (VAERS) on the Covid-19 messenger ribonucleic acid (mRNA) biologicals. Science, Public Health Policy, and the Law. 2021;2:59-80.
  14. Alatawi YM, Hansen RA. Empirical estimation of under-reporting in the U.S. Food and Drug Administration Adverse Event Reporting System (FAERS). Expert Opinion on Drug Safety. 2017;16(7):761-7. doi: https://doi.org/10.1080/14740338.2017.1323867.
  15. Moore TJ, Bennett CL. Underreporting of Hemorrhagic and Thrombotic Complications of Pharmaceuticals to the U.S. Food and Drug Administration: Empirical Findings for Warfarin, Clopidogrel, Ticlopidine, and Thalidomide from the Southern Network on Adverse Reactions (SONAR). Semin Thromb Hemost. 2012;38(08):905-7. Epub 21.10.2012.
  16. Lei Y, Zhang J, Schiavon Cara R, He M, Chen L, Shen H, et al. SARS-CoV-2 Spike Protein Impairs Endothelial Function via Downregulation of ACE 2. Circulation Research. 2021;128(9):1323-6. doi: https://doi.org/10.1161/CIRCRESAHA.121.318902.
  17. Kowarz E, Krutzke L, Reis J, Bracharz S, Kochanek S, Marschalek R. „Vaccine-Induced Covid-19 Mimicry” Syndrome: Splice reactions within the SARS-CoV-2 Spike open reading frame result in Spike protein variants that may cause thromboembolic events in patients immunized with vector-based vaccines. Research Square. 2021. doi: https://doi.org/10.21203/rs.3.rs-558954/v1.
  18. Krutzke L, Roesler R, Wiese S, Kochanek S. Process-related impurities in the ChAdOx1 nCov-19 vaccine. Nature Portfolio. 2021. doi: https://doi.org/10.21203/rs.3.rs-477964/v1.