Blog
grayscale photography of person holding black dslr camera
Unser Video der Woche

L’exclusion des dissidents – une lettre à nos détracteurs

Le 16 juillet 2021, je me suis trouvée (à 50 ans) au « sommet » du plongeoir de trois mètres à Lutry, sur le magnifique lac Léman, et je n’en croyais pas mes yeux : vu d’en bas, il ne semblait pas si haut que ça ! Mince ! À côté de moi se trouvait un garçon d’une dizaine d’années, souriant. Il voulait poliment me céder le passage, ce qui, bien sûr, m’a profondément embarrassée ; après tout, cela faisait environ 40 ans que je n’avais pas sauté d’une telle planche et maintenant, j’envisageais de battre en retraite. Mais le garçon m’a encouragée : « Vous pouvez le faire, il suffit de s‘élancer puis de sauter. » Ma fille, qui, à l’âge adulte, était également hésitante, m’a montré comment faire (après ce qui m’a semblé  être cinq minutes d’embarras) et j’ai simplement sauté dans le vide, puis dans l’eau froide. Après cela, nous avons bien ri de nous mêmes. 


Cette histoire, certes très banale, m’a inspiré les réflexions suivantes.

Le garçon aurait pu réagir de manière totalement différente : se moquer, accuser, désapprouver, être rancunier, nous montrer du doigt… comme ce à quoi nous sommes habitués de la part des critiques de nos jours.. Mais non, il était juste ouvert et gentil. Je ne sais pas si c’était une question d’éducation ou si c’était simplement dû à l’innocence de son âge et je ne le saurai probablement jamais.

Je me suis demandé pourquoi certaines personnes, avec lesquelles je pensais pouvoir parler facilement jusqu’à récemment, ne réagissent pas comme ce garçon ? Au cours des 15 derniers mois, j’ai (ainsi que mes pairs partageant les mêmes idées) été intensivement maltraité par des insultes, des accusations, des désapprobations et autres réactions malveillantes parfois très blessantes pour avoir exercé notre liberté d’expression garantie par la loi.

Nos détracteurs ne connaissent pratiquement aucune inhibition. Tout prix que « nous » sommes invités à payer pour notre opinion semble justifié. Même si une personne qui finit publiquement sur le bûcher médiatique est responsable de quelque 350 travailleurs et de leurs familles. Peu importe. Plus ils sont haineux et blessants, mieux c’est. L’essentiel est de faire les gros titres. Car de nos jours, les gens ne lisent généralement que le titre et le reste – s’il y en a un – est interprété et sélectionné selon leur propre goût avec une bonne part d’imagination, d’ignorance ou d’incompréhension. Si vous ne trouvez rien à redire au contenu (auquel nous accordons beaucoup d’attention), même une banale faute d’orthographe ou de frappe peut être utilisée à des fins de diffamation, même si c’est une pratique courante dans nos grands médias. Nous sommes les complotistes et constituons un danger pour la société. Nous sommes  responsables de la souffrance et de la mort de nos semblables.


EN FAIT, UN COMPLIMENT

Pourtant, le mot « complotiste » reste pour nous le terme le plus amusant, car lorsqu’on  étudie l’histoire de ce mot, on sait qu’il s’agit en fait d’un compliment, du moins jusqu’aux années 1950, après quoi il est progressivement devenu un gros mot. Si vous considérez ensuite que chaque prédiction déclenchée par ce compliment : « On va avoir une interdiction de sortie. » « Nous allons avoir un masque obligatoire. » « Nous ne pourrons bientôt plus voyager/faire du shopping/… sans masque. » « Nous n’aurons plus le droit d’aller à l’étranger. » « Nous aurons un certificat de vaccination. » « … etc. est devenu une réalité amère, Il est temps de se demander pourquoi les excuses ne se matérialisent elles pas.  Le temps de la décence est-il définitivement révolu ?


NOUS NE SOMMES PAS VRAIMENT SI DIFFÉRENTS

D’un point de vue purement humain, nous n’étions pas très différents de nos détracteurs : nous connaissons aussi cette peur diffuse d’un virus tueur et confirmons que, nous aussi, avons besoin de faire confiance au gouvernement et aux médias et d’être – selon notre conditionnement – un concitoyen consciencieux. Nous désirons faire partie de la société, ce qui est génétiquement ancrée dans l’Homo sapiens. Sont ensuite venus les premiers doutes. L’incrédulité. L’incertitude. La désorientation. Une remise en question de soi pour l’instant. (Cela vous arrive-t-il aussi ?) Cela ressemblait à la vue depuis ce plongeoir de 3 mètres. La peur du virus lui-même a été reléguée au second plan par rapport à la peur de ceux qui l’utilisent comme un outil de manipulation et de ségrégation (les bienfaiteurs contre les théoriciens de la conspiration).  On se sentait trahi. On ne voulait pas l’admettre. Non seulement cela, mais on ne veut pas regarder la réalité en face. On veut retourner en arrière, dans le nid soi-disant sûr, le cocon, le ventre de la société qui vous enlève la responsabilité de penser par vous-même. En parler ? Écrire à ce sujet ? C’était un grand saut pour nous ! Sauf qu’il n’y avait pas de gentil garçon pour nous rendre notre impartialité pour un bref instant. Nous avons dû prendre notre courage à deux mains et maintenant ensemble, en équipe – et nous recommençons chaque jour, à nouveau.


TIRER SUR LE MESSAGER

Nous ne sommes même pas des messagers de mauvaises nouvelles, qui étaient encore décapités jusqu’à la fin du Moyen Âge, comme nous l’avons appris dans les cours d’histoire. Bien au contraire ! Nous avons simplement découvert que les gros titres sensationnels de nos médias, dont la synchronisation est presque insupportable, sont exagérés et répandent inutilement la peur et la panique. Nous publions donc plutôt de bonnes nouvelles. Mais même pour cela, au sens figuré, on est décapité. Aujourd’hui, bien sûr, il existe des méthodes beaucoup plus subtiles : la diffamation, le discrédit, l’insulte, l’exclusion du groupe, le dénigrement public… Ces moyens sont utilisés tant dans l’environnement direct que dans les médias sociaux sans aucune autre considération. Même les médias officiels, parrainés par l’État, n’hésitent pas à se mettre dans des situations embarrassantes, alors qu’ils sont censés représenter la neutralité, l’information, la justice et la vérité. Effrayant, vous ne trouvez pas ? Les humains n’ont-ils vraiment rien appris ?


L’INTUITION COUPLÉE À LA CONNAISSANCE EXPERTE

La seule chose que nous ayons à nous « reprocher » est le fait que nous suivons notre intuition et utilisons nos connaissances respectives. Nous analysons et remettons en question les déclarations sur la science (souvent des statistiques élémentaires) et les règles sociales nouvellement introduites. Si des choses nous semblent incroyablement illogiques dès le départ, il nous semble important d‘ y regarder de plus près. Non pas parce que nous n’avons rien de mieux à faire de notre temps et de notre énergie, mais parce que nous ne pouvons pas nous en empêcher. Et parce que nous savons que la science livre constamment des résultats controversés et contradictoires. Par conséquent, il n’existe pas de vérité unique. Ceci vaut d’ailleurs pour les deux côtés ! Sauf que, si nous nous trompons à titre privé dans le cadre de notre responsabilité personnelle, nous pouvons en discuter (peut-être même ensemble dans un groupe), peser le pour et le contre et le corriger si nécessaire. Par contre, si la politique est sur la mauvaise voie, ce qui est notre avis sur beaucoup de choses, alors les dommages peuvent difficilement être réparés, car elle prend des décisions pour des millions de personnes en même temps. Où est le juste milieu, la capacité de compromis, le consensus, la pondération ? Ou encore la modestie qui fait que, face aux forces naturelles, l’homme lui-même peut tout au plus agir de manière préventive et, à la limite, réparatrice, mais ne peut jamais vraiment les dominer. D’où vient l’idée que l’homme peut éradiquer un virus ?


L’INFORMATION EST LÀ

Toute personne intéressée par le sujet, sachant lire et calculer, devrait maintenant disposer de suffisamment d’informations pour savoir que la prétendue surmortalité était simplement due au fait que chaque personne testée positive et décédée était incluse dans les statistiques de décès de Corona. Malade ou pas, ça n’avait pas d’importance.

Les symptômes d’une personne dont le test était positif ont été automatiquement attribués au virus Corona, car aucune vérification n’a été faite au même moment pour voir si un autre virus, par exemple la grippe,  dont les symptômes sont en grande partie

similaires, ne serait pas présent au même moment. La grippe semble donc avoir disparu, qui parle encore aujourd’hui d’une grippe ennuyeuse ?

Une maladie étant toujours multifactorielle, il aurait été essentiel d’analyser d’autres facteurs (état de santé général, pollution environnementale, qualité de l’alimentation, environnement social…) dans les pays les plus touchés – et de trouver ainsi des arguments suffisants pour rassurer les citoyens des pays où c’est différent, voire, le cas échéant, les mobiliser pour aider les régions défavorisées au lieu de fermer les frontières et de s’isoler.

Les pays qui n’ont pas introduit de restrictions telles que le confinement, le port obligatoire de masques, etc. n’ont manifestement pas été plus mal lotis que les pays ayant adopté des règles strictes. En fait, c’est le contraire qui se produit : ils n’ont plus à faire face aux dommages collatéraux.

Et que les tests PCR, comme les masques et les protections en plastique, ne servent pas à grand-chose dans la vie de tous les jours (sauf, bien sûr, à générer un chiffre d’affaires de plusieurs milliards pour les fabricants)… nous le savons non seulement de source officielle, mais aussi par la pratique quotidienne. Mais personne ne s’étonne.

Cela fait maintenant 15 mois que nous recherchons, vérifions, prouvons et répétons tout cela en temps réel. Les chiffres actuels et les rapports provisoires – que nous appelons des lueurs d’espoir – confirment a posteriori nos soi-disant « théories du complot ». Ils sont certes publiés de temps à autre dans les médias, mais pas à la une des journaux, et cela n’intéresse plus personne, car l’attention s’est portée depuis longtemps sur l’étape suivante : le « passeport de vaccination », la mesure de toute chose pour un voyage de vacances sans souci. Mais personne n’est surpris.


S’AGIT-IL DU TOUT DE NOTRE SANTÉ ?

Si tel est le cas, pourquoi a-t-on continué à supprimer des lits presque partout et à réduire les capacités des hôpitaux ?

Pourquoi les médecins ou les scientifiques présentant d’autres conclusions – ils  s’intéressent à notre santé et abordent la question différemment – sont-ils obstinément ignorés ? 

Depuis quand un homme politique en sait-il plus que les épidémiologistes les plus connus et les plus réputés du monde ?  Et est-il autorisé à les diffamer et à les discréditer de la manière la plus grossière et, à passer outre leur précieuse évaluation professionnelle en constituant des groupes de travail de manière à ce que les choses  soient au mieux pour lui ?

Pourquoi personne ne s’émeut-il face à ces conflits d’intérêts épouvantables qui concernent des milliards de personnes dans le monde ?

Pourquoi personne ne s’émeut-il face aux conflits d’intérêts époustouflants qui impliquent des sommes astronomiques à u niveau international ?

Et puis cette « vaccination » que même l’OMS définissait comme une manipulation génétique jusqu’à très récemment, une définition qui a dû être rapidement révisée pour permettre une approbation provisoire d’urgence pour cette « nouvelle injection de prévention des maladies », et ce, malgré le fait que des médicaments efficaces existent.

Mais attendez, vous ne pouvez pas dire cela, sinon la « vaccination » provisoirement approuvée (sur base de la non-existence de traitements efficaces), pour laquelle (beaucoup trop) d’entre nous se livrent volontairement ou de force comme cobayes, serait illégale, n’est-ce pas ?

Des centaines d’études prouvent l’efficacité de ces médicaments, qui sont toujours utilisés dans la vie de tous les jours, mais les médecins qui en parlent en public se voient tout simplement retirer leur permis de travail, une tactique sûre pour décourager les autres médecins traitants d’avoir trop de courage public. Par sécurité, les autres médecins sont simplement payés quelques milliers de plus pour représenter l’opinion officielle et inciter les personnes en bonne santé à se faire « vacciner » sans avoir au préalable écarté l’immunité naturelle sur la base d’un bilan sanguin complet ! Il n’est même pas nécessaire d’être médecin pour trouver logique un tel examen préliminaire. Ne faut-il pas connaître parfaitement son patient pour décider qu’une substance exogène est réellement nécessaire ? Ne devrait-on pas d’abord vérifier s’il existe déjà une immunité naturelle avant de venir avec un produit chimique dont on ignore totalement l’étendue des effets secondaires ? Mais personne ne s’étonne.

Chaque jour, nous sommes confrontés à des questions de plus en plus complexes : comment interpréter l’explosion des nouvelles infections par le virus Covid-19 chez les personnes totalement « vaccinées » (voir : Israël, Malte…) ? Où sont les signaux d’alarme lié à un raisonnement logique? On ne les entend pas , car le coupable fut vite trouvé : ce sont les mutations !

Ne pensez-vous pas que cette répartition des responsabilités est un peu hâtive ? Ne devrions-nous pas également laisser échapper l’avertissement selon lequel la « vaccination » pourrait même ne pas contribuer à ce que les experts (encore une fois, non entendus) mettent en garde depuis longtemps ? Non, mieux vaut une troisième « vaccination ». Mieux vaut prévenir que guérir. Après tout, cela peut augmenter le chiffre d’affaires des géants pharmaceutiques de 50 % supplémentaires. On attribue à Albert Einstein la citation suivante : « La folie, c’est faire la même chose encore et encore et s’attendre à un résultat différent ». Alors, sommes-nous devenus fous ?


POUR LES RISQUES ET LES EFFETS SECONDAIRES, DEMANDEZ À VOTRE MÉDECIN OU À VOTRE PHARMACIEN ?

Comment devons-nous maintenant faire face à l’accumulation d’effets secondaires, voire de décès peu de temps après les « vaccins » ? Le nombre de cas non signalés est certainement beaucoup plus élevé, car tous les pays n’ont pas la même culture en matière de signalement. Les Néerlandais et les Finlandais sont des élèves modèles, les Luxembourgeois sont plus réticents, ce que nous savons d’après les rapports sur les suicides.

Et maintenant ? Au lieu de jouer la carte de la sécurité, certains pays décident d’introduire la « vaccination » obligatoire (pourquoi en fait et pourquoi toutes les professions de contact à l’exception de l’armée et de la police ?).  D’autres envisagent même de « vacciner » les enfants sans penser aux effets que cette injection peut avoir sur leur santé et leur fertilité dans plusieurs années. Même l’OMS est réticente à l’idée de « vacciner » les enfants.

Qui s’en soucie ? Parce qu’une fois le moment venu, les politiciens responsables ne sont plus en fonction de toute façon et une causalité entre les problèmes de santé et la « vaccination » est difficile à prouver. L’essentiel est que les parents puissent partir en vacances avec leurs enfants ou que les jeunes puissent aller à leurs fêtes… tout s’arrangera d’une manière ou d’une autre.

L’industrie pharmaceutique a gagné son argent, dans le riche Luxembourg, l’État est de toute façon responsable des dommages causés par la « vaccination » (dans d’autres pays … personne n’est responsable, car les entreprises pharmaceutiques ont exclu toute responsabilité à l’avance). En Suède, par exemple, le vaccin Pandemrix, adopté en très peu de temps dans le contexte de la grippe porcine,  a été la cause  d’une maladie incurable, la narcolepsie, pour des milliers d’enfants.  La Suède a payé 1 million d’euros par enfant, mais l‘argent ne guérit pas ! Leurs parents remonteraient-ils le temps s’ils le pouvaient ? Le feriez-vous si c’était vos enfants ?

Une autre question :  depuis quand les gens sont-ils « vaccinés » pour protéger les AUTRES ? Depuis quand les enfants (qui ne développent pas ou peu la Covid-19) sont-ils responsables de la santé des « vieux » ? La vache est-elle là pour le veau, ou le veau pour la vache ?

Quiconque croit que la « vaccination » est un devoir social croit manifestement encore à l’histoire plutôt improbable du contagieux sans symptômes, sinon comment la comprendre ? Après tout, si vous avez une maladie contagieuse, vous restez chez vous de toute façon, n’est-ce pas ? Sur la base de nombreux exemples, au cas où nous nous y intéresserions ouvertement, nous pouvons au moins nous douter que cette injection ne protège pas de la maladie. Nous devrions au moins l’envisager comme une option, même si ceux qui voient le salut dans la « vaccination » ne veulent pas vraiment l’admettre, ce qui est tout à fait compréhensible. Un exemple récent est celui de notre Premier ministre qui est tombé malade après sa première « vaccination » et a également infecté d’autres personnes. Oh oui, il a encore besoin de la deuxième ou de la troisième piqûre… Et comment voyez-vous les décès des personnes « vaccinées » dans nos maisons de retraite ? Comment expliquer la mortalité en augmentation drastique en Israël, à Malte ? Pourquoi les décès des « vaccinés » ne sont ils pas imputables à la « vaccination », alors que les décès avec un test PCR positif sont automatiquement imputables au virus ? Où est la logique ? Pourquoi les médias n’en parlent-ils pas ? Pourquoi les gens ne s’en étonnent-ils toujours pas ?

Non, toutes ces informations m’ont amené à comprendre qu‘il ne peut s’agir de notre santé. Mais de quoi s’agit-il alors ?


Quand deux se disputent, le troisième est heureux


PENSEZ-VOUS QUE C’EST POSSIBLE ?

Ne vous méprenez pas : il ne s’agit pas d’une suggestion, mais d’une question honnête à laquelle je ne connais pas la réponse.

Nous réalisons tous peu à peu qu’un retour au passé, tel que nous l’avons connu jusqu’à aujourd’hui, ne se produira pas. Même les personnes « vaccinées » devront continuer à porter des masques,  « mettre à jour » leur certificat de vaccination (à cause des nouveaux variants) et supporter tous ces obstacles. Ce sont ces personnes  qui tombent malades aujourd‘hui. Sans parler de la véritable épée de Damoclès : le risque sanitaire à long terme de ces produits chimiques injectés… Ah oui, c’est vrai, il ne s’agit pas de santé, mais de liberté supposée. Les gens ne se font pas vacciner pour des raisons de santé, ils le font pour la liberté, la commodité, les vacances, les fêtes, la reconnaissance sociale.

Eh bien, tant que les gens croiront CELA, je ne pense pas qu’il y aura plus de liberté. Avoir un masque, une carte de vaccination et des restrictions dans un monde sur réglementé, est-ce vraiment la liberté ? Quelle est exactement votre définition de la liberté ? Pour moi, la liberté, c’est comme sauter d’un plongeoir de 3 mètres : il faut avoir le droit de remettre en question les choses qui vous semblent illogiques, même si elles concernent de prétendues autorités. Même si c’est inconfortable et que cela signifie nager à contre-courant.

ET SI…

Pendant mes vacances, j’ai relu les livres Brave New World d’Aldous Huxley et 1984 de George Orwell. Ces ouvrages étaient une lecture obligatoire au lycée et j’ai cette lancinante impression de déjà vu depuis environ 15 mois?  J‘ai voulu savoir d’où cela venait. Alors, pardonnez-moi si cette pensée me tracasse maintenant au point que je vous pose toutes ces questions.

Et pourtant : et si ? Il y a tellement de parallèles entre le monde actuel et ces livres, qui me semblaient à l’époque être de la pure science-fiction de divertissement, que cela me donne des frissons. Voulez-vous vraiment « exister » dans ce type de société ou cela va t’il trop loin pour vous ? Quel est le moment pour vous de sauter du plongeoir de trois mètres ? Quand il est trop tard ?

Il n’est pas vraiment nécessaire d’être journaliste pour faire ce que nous faisons à Expressis-Verbis. Etant donné la dépendance financière prononcée de nos médias vis-à-vis de l’appareil d’État, il semble presque être un avantage de nos jours de ne pas avoir à s’appeler un journaliste officiellement reconnu. Non, nous sommes des professionnels. Notre style d’écriture est peut-être différent, nos titres sont moins sensationnels et  nous ne présentons pas un nouvel article tous les jours.  Mais  c’est peut-être une bonne chose !

Nous tenons la main de tout le monde, comme le garçon de 10 ans l’a fait avec moi. La seule chose que nous aimerions retrouver, c’est une convivialité plus respectueuse, sans coercition, sans jugement et sans agression pour avoir sauté de la planche de 3 mètres et avoir cherché des réponses et fait face.

Pouvez-vous ouvrir votre esprit à ces pensées d’une manière impartiale et objective ?

Le voulez-vous ?

Quel est le pire qui puisse vous arriver ?