Appuyer sur "Entrée" pour passer au contenu

Au foirail de la Lune

Print

Le tour joue au milieu de grands yeux ouverts qui font partie de nombreux pantins dont on ne sait point identifier l’origine du fait qu’ils ont couvert nez et bouche. Leur passion à suivre les voies clairement définies les a rendus aveugles. Ils ont besoin de se toucher, mais ne savent franchir les lignes séparatrices des couloirs, le sens interdit les tient en échec, tout comme les admirables promesses de leurs montreurs. 

Le produit des figurines est issu de la création d’une minorité en nombre ayant un pouvoir démesuré sous le couvert du choix politique. Le code de déontologie visant le respect des droits de l’homme a été laissé loin de l’autre côté de la barre du fait que les mémoires s’oublient à vitesse élevée en jouant le rôle d’un marionnettiste.

Depuis le mois de la quatrième planète au vu du soleil, l’angoisse règne dans l’espace. Partant, les baladeurs s’accrochent bien fort à la Petite Ourse et leurs mains y sont fixées impitoyablement pour manœuvrer, tout en fêtant un premier anniversaire dérisoire. Des substances chimiques au pouvoir adhérent miraculeux provoquent outre celle morale, l’asepsie et forment ainsi leurs bagages. Leur sens critique lui n’en fait plus partie, non moins du fait que la fumée nocive qui remonte le long du visage semble troubler la vue sur les éléments essentiels du droit constitutionnel. En conséquence, ils ont l’habitude d’être qualifiés en danger à l’égard de tout un chacun et doivent admettre avoir été réduits à la valeur moindre d’une chose.

En 1715 à Paris, au 2 de la lune de Rébi(ab)1, Usbek avait écrit à Rhédi dans la lettre persane LXXX: «J’ai souvent cherché quel était le gouvernement le plus conforme à la raison. Il m’a semblé que le plus parfait est celui qui va à son but à moins de frais; de sorte que celui qui conduit les hommes de la manière qui convient le plus à leur penchant et à leur inclination, est le plus parfait.» À l’époque, Montesquieu semblait avoir bien vu l’équation. Quelle conclusion trouverait-il, au constat du scénario installé et encouragé à l’heure actuelle?

Entre-temps, à la lumière de maintes révélations percutantes qui surgissent, la Lune apparait dans son croissant et se libère de l’invisibilité totale pour refléter progressivement celle partie de lumière du Soleil qui éclaircit son hémisphère. Secoués sous l’influence de l’orbite elliptique, les conducteurs téléguidés, baladeurs intimidés, se réveillent de leur profond sommeil et constatent qu’en effet, la raison ne règne plus sur leur planète.

C’est ainsi que soudainement sous le bruissement de leurs chariots, ils s’arrêtent.

Les pantins tels abusés en réponse à leur crédulité et naïveté, se défont brusquement des fils de fer dirigeants et libèrent leurs poignets pour percer enfin la couche nébuleuse rendue nette par l’analyse de l’évidence. Troublés par une violente émotion touchant leur exploit extraordinaire, ils s’aperçoivent in fine d’avoir remis les pieds sur terre. 

Tess KARO