Adaptation et obéissance (4)

La plupart du temps, nous faisons confiance à nos propres pensées, à nos propres sentiments ou même à nos propres perceptions. Bien sûr, nous laissons parfois les autres nous convaincre que nous avons tort.

Mais cela arrive-t-il souvent ? Et jusqu’où cela peut-il aller, que nous participions simplement, que nous reconnaissions notre propre opinion, voire notre propre perception comme étant fausse dans un groupe de personnes, sans que personne ne nous en convainque explicitement ?
Comment se produit l’adaptation, c’est-à-dire l’ajustement ? Et, à quel point une telle adaptation fonctionne-t-elle ?

Bibliographie:

  • Asch, S. E. (1951). « Effects of group pressure upon the modification and distortion of judgment ». In H. Guetzkow (ed.) Groups, leadership, and men. Pittsburgh, PA: Carnegie Press
  • sch, S. E. (1955). « Opinions and social pressure ». Scientific American, 193, 31-35
  • Asch, S. E. (1956). « Studies of independence and conformity: A minority of one against a unanimous majority ». Psychological Monographs, 70 (Whole no. 416)
  • Feldman, S. (2003). « Enforcing Social Conformity: A Theory of Authoritarianism ». Political Psychology, 24(1), 41–74.
  • Lorge, Irving, and Carl C. Curtiss. « Prestige, suggestion, and attitudes ». The Journal of Social Psychology 7.4 (1936): 386-402
  • Milgram, Stanley. « Nationality and conformity ». Scientific American (1961)